Des conséquences sur l’ensemble du marché

Depuis 2005, qui avait vu naître Neuf Cegetel de l’union entre Cegetel et Neuf Telecom, devenu ensuite la branche Entreprises de SFR, les télécommunications d’entreprise en France n’avaient pas connu un tel bouleversement.

Si le projet de rachat de SFR par Completel-Numericable s’inscrit dans une véritable logique industrielle, avec une complémentarité puisque SFR apporte ses infrastructures mobiles et ses réseaux fixes cuivre et fibre alors que Completel-Numericable a déployé des réseaux fixes fibre et câble importants en France, il soulève de vrais problèmes de concurrence sur le marché de l’internet fixe haut et très haut débit à destination des entreprises, car Orange et SFR-Numericable possèderaient à eux seuls la quasi totalité des infrastructures fibre (FTTH et FTTB) dans les grandes villes françaises.

« L’émergence d’un tel duopole (Orange et SFR-Numericable) sur le haut et le très haut débit fixe constitue un très gros risque concurrentiel pour l’ensemble du marché Entreprise. Le risque d’éviction pour les autres opérateurs télécom est réel, et rappelle les difficultés rencontrées entre 1999 et 2003 sur le marché de l’ADSL, alors que le monopole d’Orange sur le cuivre avait mené à la disparition de nombreux opérateurs, le temps que le régulateur intervienne efficacement. »
Cyril de METZ, Président de Nerim

Des garanties à fournir à la concurrence

Le temps de la négociation des contreparties entre Completel-Numericable et les autorités de régulation des télécoms (ARCEP) et de la concurrence est ouvert, et il appartiendra aux autorités d’être extrêmement vigilants sur les garanties apportées et le respect d’une libre et saine concurrence entre opérateurs.

« Il est essentiel que soit garanti aux autres opérateurs l’accès aux infrastructures fibre et câble du duopole Orange et SFR-Numericable, à des tarifs compétitifs, via la mise en place d’un processus de dégroupage comme cela existe pour la boucle locale cuivre d’Orange. »
Cyril de METZ, Président de Nerim

C’est la seule garantie de maintien d’une pluralité d’acteurs, permettant une concurrence saine qui permettra aux entreprises de s’équiper en haut et très haut débit fixe, avec une qualité, des offres et tarifs intéressants, et donc de garantir les déploiements nécessaires pour fibrer l’ensemble du pays, conformément au plan Très Haut Débit du gouvernement.

Nerim, une alternative aux géants du secteur

Nerim s’implique dans le développement numérique des territoires et la mise à disposition des services haut et très haut débit pour tous. Dans ce sens, Nerim a conclu des partenariats avec Axione, Covage, Tutor et Altitude Infrastructure, et est un membre actif de la FIRIP (Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique). Nerim participe ainsi activement au grand chantier de déploiement du Très Haut Débit dans les collectivités locales, essentiellement à l’échelon départemental et dans les communautés d’agglomération.

De plus, ces 10 dernières années, Nerim a enregistré une croissance moyenne de 20% par an, passant progressivement du simple fournisseur d’accès Internet à l’acteur global Internet et Télécom à même de répondre à l’ensemble des besoins en communication des entreprises. En 2013, Nerim a notamment révolutionné l’Internet des Entreprises avec une offre Fibre Ultra Haut Débit de 1 et 10 Gigabits par seconde, totalement symétrique, garantissant 100% de bande passante, éligible dans tout Paris, et disponible à des tarifs défiant toute concurrence.

« Nerim, l’opérateur Internet et Télécom des entreprises, acteur historique sur le marché de la Fibre Entreprise, est en train de passer du plus grand des petits opérateurs au plus petit des grands acteurs du secteur. »
Cyril de METZ, Président de Nerim